Catégories
Le sensible comme forme de connaissance : enquêter et publier autrement

Journée Savoirs Sensibles

Archives de la journée d’étude en ligne « Savoirs Sensibles : esthétique et anthropologie »

Date : Mardi 13 avril 9h30-18h
Intervenant.e.s : Mildred Galland-Szymkowiak (Chargée de recherche CNRS (Thalim), enseignante au département de philosophie de l’École normale supérieure) ; Marie-Luce Gélard (Maître de conférences HDR en anthropologie, Université de Paris/IUF); David Howes (Co-Director, Center for Sensory Studies, Concordia University); Mariana Pestana (Architect and Curator, Co-curator of the 5th Istanbul Design Biennale) ; Céline Trautmann-Waller (Professeur en études germaniques, Université Sorbonne Nouvelle / Institut Universitaire de France); Catherine Wood (Senior Curator of International Art (Performance), Tate Modern)
Télécharger le programme
Consulter le billet sur le site de EnsadLab

En remettant à l’honneur le paradigme sensoriel qui est à l’origine de l’esthétique, puis en le confrontant aux travaux contemporains de l’anthropologie des sens et aux pratiques curatoriales en art et en design qui questionnent le corps en mouvement et les formes de relation empathique au monde, cette journée d’étude se propose d’étudier la notion de « savoirs sensibles », dans ses dimensions esthétiques et anthropologiques, afin d’interroger sa capacité opératoire pour la recherche en art et en design.

Affiche Silvia Dore / Stéréo Buro 2021

Cette journée d’étude est organisée par la Plateforme « art, design et société (Francesca Cozzolino, Arnaud Dubois et Sophie Krier) ancrée à EnsadLab (laboratoire de l’École des Arts Décoratifs – Université Paris, Sciences et Lettres, PSL).

Réunissant anthropologues, philosophes et curators, la journée d’étude a posé la question des « savoirs sensibles », sa sémantique et les outils analytiques et méthodologiques utilisés par les chercheurs pour étudier et travailler cette notion à la fois sur le terrain anthropologique, la réflexion philosophique et les pratiques curatoriales afin de repenser la relation entre l’art, le design et la société mais aussi entre l’humain et son environnement sensoriel dans la construction de nos cultures matérielles. Nous avons considéré que le sensible invitait les sciences humaines et sociales à se départir de la vision selon laquelle « la structure sociale serait totalement découplée de la façon dont les individus vivent et ressentent leur corps et leurs affects » (Héritier 2004) car le sensible se situe au cœur du nœud irréductible qui articule un rapport immédiat au monde (sensoriel) contribuant ainsi à sa construction symbolique qui est au fondement du social. 

Marie-Luce Gélard ouvre la journée en interrogeant les univers sensoriels dans deux directions majeures. L’une épistémologique : les sens deviennent et/ou ont toujours été une démarche ethnographique incontournable. La seconde, méthodologique, part du constat que l’étude des sens, des univers sensoriels et des sensibilités semble contredire l’exigence d’objectivité sur laquelle se sont construites les sciences.
Céline Trautmann-Waller nous a parlé de la figure de Karl von den Steinen et ses recherches sur l’art des Marquisiens (culture matérielle, statuaire et tatouage) faisant suite à une expédition réalisée en 1897-98. Partant de ses analyses de la pratique du tatouage, elle s’est intéressée au sens qu’il attribue à cet art pratiqué à même le corps, à sa collecte des différents dessins et des récits associés, à la reprise de ses analyses dans des recherches anthropologiques plus récentes pour poser la question du tatouage comme savoir sensible.
A partir de l’étude de la performance de Robert Morris de 1971
Bodyspacemotionthings, Catherine Wood analyse « l’échec » de la notion utopique de participation physique, son ancrage dans une logique communautaire spécifique d’interaction corps-objet (propre au monde de la danse postmoderne à New York) et à ce que signifie pour le musée de conserver des objets destinés à une telle participation, souvent présentés – de manière inadéquate – dans le contexte stérile du white-cube où est interdit tout rituel social alternatif.
Mariana Pestana revient sur les enjeux de la 5e Biennale du design d’Istanbul qui revisite l’empathie pour réfléchir de manière critique sur la façon dont nous nous relions aux autres, qu’ils soient humains ou non-humains – biologiques, bactériens, géologiques. Afin d’ouvrir un espace de responsabilité et de nourrir une culture de l’attachement au-delà de l’humain, cette biennale explore l’idée du design pour des corps, pour des dimensions et pour des perspectives multiples.
Mildred Galland-Szymkowiak réflechit à la façon dont les questions des connotations affectives de la perception d’un objet ou encore des qualités sensibles de l’objet génératrices d’un état affectif chez le sujet, et plus généralement productrices d’une atmosphère, ont donné lieu à différentes conceptualisations dans l’histoire de l’esthétique allemande depuis le 18e siècle et en particulier dans la pensée esthétique du philosophe Théodore Lipps.
Pour conclure avec David Howes, nous plongeons sous la Critique de Kant pour retrouver la signification originale du terme esthétique (formulé par Alexander von Baumgarten en 1750) qui implique la perception de « l’unité dans la multiplicité des qualités sensibles » qu’il illustre à travers l’exploration des peintures de l’artiste surréaliste espagnol Remedios Varo et l’expérience du « design immersif multisensoriel » proposée par l’agence Flying Object pour l’exposition « Tate sensorium » de 2015 à la Tate Britain.
Tel un bonus, la graphiste Silvia Dore, étudiante pré-doctorale à EnsadLab dans le groupe Reflective Interaction, qui a réalisé l’identité visuelle de la journée d’étude, revient sur les enjeux de sa création graphique et de ses liens avec les problématiques soulevées par les intervenants.

Bientôt consultable également dans cette archive : création graphique conçue par Silvia Dore  / Stéreo Buro à partir des échanges issus de la journée d’étude.

Montage des enregistrements vidéo : Christophe Pornay, ingénieur technique, EnsadLab.
Catégories
Le sensible comme forme de connaissance : enquêter et publier autrement

En quete dimages 2021

Séminaire de recherche « En quête d’images. Quelles formes sensibles d’écriture pour la recherche en arts et sciences humaines et sociales? » (2021)

Dates : Vendredi 26 mars 2021, vendredi 21 mai 2021, vendredi 22 octobre et 17 décembre 2021
Lieu : Visioconférence (10h-12h)
Inscriptions : enquetedimages@eur-artec.fr
Page dédiée sur EUR ArTeC
Pour plus d’informations écrire à : francesca.cozzolino@ensad.fr; anne.bationo-tillon@univ-paris8.fr

Ce séminaire est organisé dans le cadre du projet « En quête d’images » initié en 2019. Ce dernier ambitionne d’inventer et de mettre à l’épreuve des dispositifs de recherche visuels qui ne dissocient pas les trois étapes clefs de l’enquête ethnographique que sont l’élaboration de données de terrain, leur analyse et la restitution des résultats.

Selon l’évolution des restrictions sanitaires les séances se tiendront à distance ou sur place (EUR ArTeC / Paris 8 / EnsadLab).  Les informations pratiques seront régulièrement actualisées sur le site de EUR ArTec  (Paris 8) et de cette Plateforme.

Programme

Le séminaire se déroulera sous la forme de quatre journées de recherche comportant une séance plénière ouverte aux étudiant.e.s et chercheur.e.s. intéressé.e.s le matin, et une demi-journée d’atelier en interne dédiée à l’analyse et la mise en forme des données issues d’enquêtes ethnographiques l’après-midi. Ces ateliers permettront ainsi de mettre en commun les corpus de données et les problématiques internes à chaque terrain afin d’identifier des questions de recherche transversales ainsi que d’élaborer collectivement des dispositifs visuels de recherche au plus près des problématiques de chaque terrain. 

Première séance

Consulter la page de « L’ inimaginable expérimental. Concevoir des dispositifs à x inconnues », visioconférence de Emmanuel Grimaud, anthropologue (CNRS), le 26 mars 2021, 10-12h.

Deuxième séance

Consulter la page de « Artistes et chercheurs : Des espèces compagnes face au processus d’écriture », visioconférence de Cédric Parizot, anthropologue (CNRS), le 21 mai 2021, 10-12h.

Troisième séance

Consulter la page de « Explorations visuelles : web/docu/fiction et bande dessinée », visioconférence de Sarah Bouyain, réalisatrice & Anne Bationo-Tillion, ergonome ; et Anaïs Bloch, artiste & Nicolas Nova, anthropologue, le 22 octobre 2021, 14-16h30.

Présentation du séminaire

Nous postulons que la conception de dispositifs de recherche par l’image (nous incluons ici tout autant la photographie que la vidéo ou la data-visualisation) encourage d’autres approches d’écriture du réel, et transforme les pratiques d’enquête, des méthodes de recueil et d’analyse à la restitution. Nous nous donnons ainsi par finalité d’explorer de nouvelles formes de narration qui passent par l’expérience visuelle, l’émotion, la perception, pour rendre compte autrement des phénomènes artistiques et sociaux observés sur le terrain sans évincer la fluidité du sensible (Laplantine, 2005)

Un premier workshop de recherche, conduit en septembre 2020, nous a permis d’expérimenter des formes innovantes de publicisation,  ainsi que la mise à l’épreuve de dispositifs interactifs pour la restitution d’enquêtes ethnographiques. À cette occasion, nous avions invité Arno Gisinger ( artiste, enseignant-chercheur à Paris 8) et Barbara  Glowczewski (anthropologue, CNRS) à intervenir afin de nourrir la réflexion collective. Leurs conférences sont accessibles en ligne : « Une histoire fantomatique: Aby Warburg et la photographie » ; « Retour sur une restitution anthropologique : défis technologiques et cosmopolitiques ».

Catégories
Quand le sensible affecte la société : nouvelles formes d’écologies sociales

JE creolisation 2020

Archives de la journée d’étude en ligne « Créolisation par l’art et en design? Créer dans le tout-monde »

Date : Mardi 17 novembre 2020, 10.00 – 18.30
Intervenant.e.s : Christine ChivallonDénètem Touam Bounadach&zephirRolando VázquezFlorence LazarLaura Bini CarterCharlotte AttalRachel Marsil et Ruedi Baur
Télécharger le programme
Consulter le billet sur le site de EnsadLab

Si la notion de créolisation a déjà été mobilisée dans les pratiques curatoriales (Martin 1989 ; Enwezor 2003), la manière dont elle est aujourd’hui revendiquée, mise en oeuvre, rejetée ou ignorée par une jeune génération d’artistes et de designers est en revanche moins bien connue. Prenant acte de cette lacune de la théorie de l’art et du design francophone, cette journée d’étude propose de réfléchir à la façon dont la notion de créolisation dans toute sa richesse épistémologique, linguistique, politique et culturelle (Chivallon 2013) irrigue ou pas les pratiques contemporaines en art et en design et si, en retour, elle est peut nous aider à penser comment aujourd’hui la création peut affecter les sociétés et communautés ayant entamé un processus de décolonisation de leurs savoirs et pratiques.

Affiche de la journée, 2020. Graphisme Charlotte Attal.

Cette journée d’étude est organisée par la Plateforme « art, design et société, (Francesca Cozzolino, Arnaud Dubois et Sophie Krier) d’EnsadLab (laboratoire de l’École des Arts Décoratifs – Université Paris, Sciences et Lettres, PSL) avec le soutien de la Chaire arts& sciences de l’École polytechnique, de l’EnsAD-PSL et de la Fondation Daniel et Nina Carasso.

Réunissant artistes, designers et chercheur.e.s en sciences sociales, la journée d’étude a alterné présentations académiques, présentations-installations et présentations artistiques afin de produire une réflexion critique sur la notion de créolisation, d’interroger les potentialités et les limites de son usage en art et design et de penser les relations que cette notion entretient avec les notions connexes de décolonisation, de marronnage et de résistance.
En introduction à la journée d’étude, Christine Chivallon propose une réflexion critique et théorique sur la notion de créolisation : son origine, son évolution temporelle, disciplinaire, linguistique et culturelle, ainsi que les usages, les appropriations et les abus ou limites de cette notion dans le contexte du monde que nous habitons aujourd’hui.
Dénètem Touam Bona explicite ici le rapport entre « fugue » – les formes de vie et de résistance furtives – et « refuge » – les espaces-temps qu’elles déploient. Sa réflexion est issue d’expressions créatives rencontrées lors de voyages, missions d’éducation et études de terrain et à l’aune de l’expérience du « marronnage ». Il montre comment cette notion, issue du contexte esclavagiste, peut être étendue à un ensemble de pratiques créatives de résistance.
Le duo de designers dach&zephir exposent ici les enjeux de leur recherche Éloj Kréyol, fruit d’une enquête de terrain et d’un projet pédagogique en Martinique. Quel peut être le rôle d’un objet dit « témoin » en relation aux économies de pouvoir du design d’aujourd’hui ? Comment croiser richesses et incohérences matérielles et culturelles dans un seul et même objet ?
La décolonialité et la créolisation en tant que pratiques situées offrent des alternatives à la Modernité eurocentrée. Elles articulent des coalitions relationnelles parmi les narratifs effacés, dénigrés, reniés qui ont été amputés de leurs possibilités de « devenir monde ». Rolando Vázquez expose ici comment les luttes décoloniales nous appellent à une réorientation de nos pratiques épistémiques et esthétiques, ainsi que de nos pratiques pédagogiques et artistiques.
Projection du film de Florence Lazar « Tu crois que la terre est chose morte » (2019, France, Sister Productions, 70 min) suivie d’une rencontre avec l’artiste, animée par Laura Bini Carter, chercheuse en anthropologie sociale (City University of New York Graduate Center (CUNY). Le film se situe en Martinique. Il est à la fois une exploration des lieux de résistance à la crise écologique et une mise en scène des femmes et des hommes qui se pensent et qui agissent sur le terrain historique de la colonialité.
Présentation de « En quête de soi. Enquête par l’image » par Rachel Marsil, étudiante à l’ École des Arts Décoratifs, Paris (design textile) et de « Identités déracisées » par Charlotte Attal, diplômée de l’ École des Arts Décoratifs, Paris (design graphique), suivies d’une table ronde avec les intervenant·e·s de la journée, modérée par Ruedi Baur (designer et enseignant à l’ École des Arts Décoratifs, Paris).
Catégories
Quand le sensible affecte la société : nouvelles formes d’écologies sociales

savoir faire creolises 2020

Savoir-faire créolisés : une enquête de recherche-création autour des pratiques horticoles et de la culture rurale à la Martinique (2020-2022)

« Savoir-faire créolisés » est une enquête de recherche-création qui vise à déployer, par le biais de dispositifs artistiques, une narration partagée des traditions et savoirs qui, dans les pratiques quotidiennes horticoles et agricoles de la Martinique, ne cessent d’être réinventés.

Sophie Krier à l’écoute de plantes d’un jardin à vocation artistique et pédagogique au Campus Caribbéen des Arts de Fort-de-France. Le jardin, baptisé Arada, a été ré-activé par l’artiste Marc-Marie Joseph avec des étudiant.e.s dans le cadre de l’axe de recherche (ARC) Territoires Sensibles. Photo Francesca Cozzolino, 2021.

Par cette enquête portée par une artiste (Sophie Krier) et une anthropologue (Francesca Cozzolino), nous souhaitons dans un premier temps faire émerger des connaissances sur ces pratiques de tous les jours qui participent de la transformation des mondes ruraux (pratiques d’auto subsistance alimentaire, culture de plantes médicinales et magiques, techniques de culture sur pente, pratiques solidaires de koudmen ou coup de main, chants et danses liés au travail de la terre dans le lasotè) en nous intéressant aussi bien au jaden kréyol (jardin créole) qu’au jardin partagé (péri)urbain.

Travail de maraîchage du matin à l’Écolieu de Tivoli (Fort-de-France) fondé par l’Association CCPYPM (Centre de Culture Populaire Ypiringa de Pastinha Martinique) en 2019. Photo Francesca Cozzolino, juin 2021.
Plantothèque de l’Écolieu de Tivoli, fondée en partenariat avec le réseau Tramil. Ce réseau de recherche scientifique et usage populaire des plantes médicinales regroupe environ deux cents chercheurs de trente pays de la Caraïbe. Photo Sophie Krier, juin 2021.

Outre [ses] valeurs paysagères, économiques et sociales, les jardins créoles constituent un trait culturel majeur de la Martinique. Leurs aspects variés et complexes sont l’héritage mêlé et évolutif des « ichalis » caraïbes, des « plantages » ou « places à vivres » au temps de la colonie esclavagiste, des « lougan » ouest-africains, des « jardins de cases » et « jardins à nègres » africains, des « dégrads » et des « habituées » cultivés par les marrons, les libres de savane, les mulâtres libérés voire les déserteurs blancs, des jardins arborés « bô kay » qui entourent les maisons, voire des jardins « an piyon », au pignon de la maison. – Vincent Huygues-Belrose, Atlas des Paysages de la Martinique. Vers une politique des paysages (2006)

Source: http://atlas-paysages.pnr-martinique.com/10-l-elegance-du-patrimoine.html
Lasotè organisé par l’Association Lasoté de Fonds St Denis, 19 Juin 2021. Ce travail collectif de préparation manuelle de la terre avant les semis est porté par des sons de tambouyés, ti bois et de conque de lambis. Il est commenté par le ‘crieur’ qui avec la conque, donne la cadence aux mouvements des corps. On appelle ce travail aussi ‘koudmain’ ou coup de main. Photo Francesca Cozzolino

Dans un deuxième temps, nous souhaitons valoriser et mettre en partage les savoirs recueillis par le biais de dispositifs artistiques (podcasts, ateliers pratiques) dans le cadre d’événements publics permettant de « faire société », aussi bien à la Martinique qu’en métropole, autour de ces pratiques.

Marc Marie-Joseph, artiste et enseignant au Campus Caribéen des Arts (CCA) de Fort-de-France, tend une feuille de simen-kontra cultivée dans le cadre du projet Arc ARADA à Sophie Krier. Photo Francesca Cozzolino, juin 2021.

Le projet de recherche « Savoirs-faire créolisés. Une enquête de recherche-création autour des pratiques horticoles et de la culture rurale à la Martinique » est soutenu par le Ministère de la Culture et de la communication, département de Outre-Mer et mené par Francesca Cozolino et Sophie Krier au sein de la Plateforme « Art, design et société » d’EnsadLab, le laboratoire de recherche de l’École des Arts Décoratifs, Paris.

Atelier d’alcoolature (première étape de la thérapie par les plantes appliquée en micro doses) organisé par Les Jardins de Gaïac et encadré par Chantal Humez, Nicolette Man Tina et Emmanuel Nossin, le dimanche 13 juin 2021, au Village de la Poterie (Trois-Ilets). Photo Francesca Cozzolino
ACTIVITÉS
PUBLICISATIONS

Catégories
Le sensible comme forme de connaissance : enquêter et publier autrement

Workshop de recherche 2020

Workshop de recherche « En quête d’images ». Comment inventer des dispositifs socio-technologiques visuels de recherche, du terrain ethnographique à la publication, de l’enquête à sa restitution?

Dates : 28-29-30 septembre 2020
Lieu : EnsadLab, Ecole des Arts Décoratifs, Paris
Billet EnsadLab : Workshop de recherche « En quête d’images »
Télécharger le programme du workshop

Lors de ce workshop, quatre équipes de chercheur.e.s issues des projets soutenus par l’EUR ArTeC « En quête d’images » et « Tailleurs d’images » se sont réunies autour de problématiques de recherche communes qui interrogent la circulation des savoirs, la possibilité de s’adresser à de nouveaux publics par des formes innovantes de publicisation de la recherche, la création d’agencements visuels et de récits spéculatifs permettant de partager des recherches collectives qui mobilisent une diversité de données empiriques (visuelles, sonores, géographiques), ainsi que l’expérimentation de dispositifs interactifs pour la restitution d’enquêtes ethnographiques.

Catégories
Le sensible comme forme de connaissance : enquêter et publier autrement

Note de synthèse Tailleurs d’images


Note de synthèse du collectif Tailleurs d’images, workshop de recherche « En quête d’images » (28-30 septembre 2020, EnsadLab)

Le projet de recherche « Tailleurs d’images : nouvelles voies d’expériences artistiques, quels espaces, quelles pratiques pour quels territoires » est un projet transdisciplinaire arts sciences humaines et sociales porté par un collectif d’artistes et de chercheurs. Le projet vise à explorer des chemins inédits d’expériences artistiques à l’échelle du territoire de la Seine Saint Denis. Il s’inscrit dans les orientations contemporaines des recherches en questionnant conjointement les modalités de l’expérience esthétique et ses enjeux politiques. Le parti pris du projet consiste à considérer le sujet visiteur de l’exposition-action, comme un sujet pragmatique du « je peux » qui oeuvre dans le monde, s’approprie ce qui est donné, disponible ou prévu et construit des ressources, il s’agit d’un sujet en devenir, d’un sujet auteur de son développement. » (Rabardel, 2005). Dans cette optique, le tableau est autant fait par le regardeur que l’artiste. L’existence d’une oeuvre implique que deux activités hétérogènes, celles des regardeurs et celle des artistes entrent en résonance. Les expériences de résonances sont constitutives du devenir sujet. »

Catégories
Le sensible comme forme de connaissance : enquêter et publier autrement

Journée creolisation 2020

Journée d’étude en ligne « Créolisation par l’art et en design? Créer dans le tout-monde »

Date : Mardi 17 novembre 2020, 10.00 – 18.30
Intervenant.e.s : Christine Chivallon, Dénètem Touam Bounadach&zephir, Rolando Vázquez, Florence Lazar, Laura Bini CarterCharlotte AttalRachel Marsil et Ruedi Baur
Télécharger le programme
Voir le billet sur le site de EnsadLab
Inscriptions : evenement.recherche@ensad.fr (vous recevrez alors un lien zoom vous permettant de nous rejoindre pour la journée)

Si la notion de créolisation a déjà été mobilisée dans les pratiques curatoriales (Martin 1989 ; Enwezor 2003), la manière dont elle est aujourd’hui revendiquée, mise en oeuvre, rejetée ou ignorée par une jeune génération d’artistes et de designers est en revanche moins bien connue. Prenant acte de cette lacune de la théorie de l’art et du design francophone, cette journée d’étude propose de réfléchir à la façon dont la notion de créolisation dans toute sa richesse épistémologique, linguistique, politique et culturelle (Chivallon 2013) irrigue ou pas les pratiques contemporaines en art et en design et si, en retour, elle est peut nous aider à penser comment aujourd’hui la création peut affecter les sociétés et communautés ayant entamé un processus de décolonisation de leurs savoirs et pratiques.

Affiche de la journée, 2020. Graphisme Charlotte Attal.

Cette journée d’étude est organisée par la Plateforme « art, design et société, (Francesca Cozzolino, Arnaud Dubois et Sophie Krier) d’EnsadLab (laboratoire de l’École des Arts Décoratifs – Université Paris, Sciences et Lettres, PSL) avec le soutien de la Chaire arts& sciences de l’École polytechnique, de l’EnsAD-PSL et de la Fondation Daniel et Nina Carasso.

Catégories
Quand le sensible affecte la société : nouvelles formes d’écologies sociales

Table ronde Mexique 2020

Table-ronde : « Création contemporaine au Mexique »

Date: 15 octobre 2020
Lieu: Institut cultural de México en France
Avec : l’artiste Mauricio Limón de León, l’anthropologue Francesca Cozzolino (enseignante-chercheure, EnsadLab) et le curateur Marco Calderón.

Entre raillerie et observation du banal, l’artiste Mauricio Limón de León nous invite dans l’exposition « Le premier qui rira » à une réflexion sociale au gré de ses pérégrinations dans un espace urbain identifié: Iztapalapa. Densément peuplé, ce secteur sensible est situé à l’est de Mexico. Cette enclave éloignée et défavorisée revêt aux yeux de l’artiste une dimension énigmatique et profondément humaine.

Catégories
Produire le sensible : matérialité et processus de fabrication

Enquête Totomoxle

Totomoxle

Production du « Totomoxtle », Tonahuixtla (Puebla, Mexico), 2019. Images Fernando Laposse

A travers le projet « Totomoxtle » développé par le designer Fernando Laposse dans le village de Tonahuixtla (Puebla, Mexico), nous cherchons à saisir la manière dont les paysans ont appris à maîtriser des gestes artisanaux, les astuces et savoirs investis dans les procédés de production, dès la récolte des feuilles de maïs à l’usage de prototypes dessinés pas le designer. Nous visons aussi à rendre compte des relations culturelles, économiques, politiques, écologiques et symboliques qui sont à l’œuvre dans ce projet.

Publicisations

  • Francesca Cozzolino, « De la culture de la milpa à l’objet de design. Relier les pratiques d’agriculture traditionnelle à l’innovation technique dans un village de l’état de Puebla (Mexique) », Techniques&Culture 76 « Waza on the Move. L’art ineffable de l’apprentissage », à paraître novembre 2021
Production du « Totomoxtle », Tonahuixtla (Puebla, Mexico), 2019. Photo Francesca Cozzolino
Catégories
Le sensible comme forme de connaissance : enquêter et publier autrement

Workshop éditorial Imaginer l’article de demain

Workshop éditorial « Imaginer l’article de demain : nouvelles structures narratives et formes de socialisation des savoirs » (2019)

En juin 2019, nous avons organisé un atelier d’expérimentation éditoriale à partir de nos différentes enquêtes de terrain. A l’issue de l’atelier, plusieurs formes de restitution ont été proposées (atlas transmédia, base de données, topographie sensible…) par les équipes invitées.