Catégories
Le sensible comme forme de connaissance : enquêter et publier autrement

En quete dimages 2021

Séminaire de recherche « En quête d’images. Quelles formes sensibles d’écriture pour la recherche en arts et sciences humaines et sociales? » (2021)

Dates : Vendredi 26 mars 2021, vendredi 21 mai 2021, vendredi 22 octobre et 17 décembre 2021
Lieu : Visioconférence (10h-12h)
Inscriptions : enquetedimages@eur-artec.fr
Page dédiée sur EUR ArTeC
Pour plus d’informations écrire à : francesca.cozzolino@ensad.fr; anne.bationo-tillon@univ-paris8.fr

Ce séminaire est organisé dans le cadre du projet « En quête d’images » initié en 2019. Ce dernier ambitionne d’inventer et de mettre à l’épreuve des dispositifs de recherche visuels qui ne dissocient pas les trois étapes clefs de l’enquête ethnographique que sont l’élaboration de données de terrain, leur analyse et la restitution des résultats.

Selon l’évolution des restrictions sanitaires les séances se tiendront à distance ou sur place (EUR ArTeC / Paris 8 / EnsadLab).  Les informations pratiques seront régulièrement actualisées sur le site de EUR ArTec  (Paris 8) et de cette Plateforme.

Programme

Le séminaire se déroulera sous la forme de quatre journées de recherche comportant une séance plénière ouverte aux étudiant.e.s et chercheur.e.s. intéressé.e.s le matin, et une demi-journée d’atelier en interne dédiée à l’analyse et la mise en forme des données issues d’enquêtes ethnographiques l’après-midi. Ces ateliers permettront ainsi de mettre en commun les corpus de données et les problématiques internes à chaque terrain afin d’identifier des questions de recherche transversales ainsi que d’élaborer collectivement des dispositifs visuels de recherche au plus près des problématiques de chaque terrain. 

Première séance

Consulter la page de « L’ inimaginable expérimental. Concevoir des dispositifs à x inconnues », visioconférence de Emmanuel Grimaud, anthropologue (CNRS), le 26 mars 2021, 10-12h.

Deuxième séance

Consulter la page de « Artistes et chercheurs : Des espèces compagnes face au processus d’écriture », visioconférence de Cédric Parizot, anthropologue (CNRS), le 21 mai 2021, 10-12h.

Troisième séance

Consulter la page de « Explorations visuelles : web/docu/fiction et bande dessinée », visioconférence de Sarah Bouyain, réalisatrice & Anne Bationo-Tillion, ergonome ; et Anaïs Bloch, artiste & Nicolas Nova, anthropologue, le 22 octobre 2021, 14-16h30.

Présentation du séminaire

Nous postulons que la conception de dispositifs de recherche par l’image (nous incluons ici tout autant la photographie que la vidéo ou la data-visualisation) encourage d’autres approches d’écriture du réel, et transforme les pratiques d’enquête, des méthodes de recueil et d’analyse à la restitution. Nous nous donnons ainsi par finalité d’explorer de nouvelles formes de narration qui passent par l’expérience visuelle, l’émotion, la perception, pour rendre compte autrement des phénomènes artistiques et sociaux observés sur le terrain sans évincer la fluidité du sensible (Laplantine, 2005)

Un premier workshop de recherche, conduit en septembre 2020, nous a permis d’expérimenter des formes innovantes de publicisation,  ainsi que la mise à l’épreuve de dispositifs interactifs pour la restitution d’enquêtes ethnographiques. À cette occasion, nous avions invité Arno Gisinger ( artiste, enseignant-chercheur à Paris 8) et Barbara  Glowczewski (anthropologue, CNRS) à intervenir afin de nourrir la réflexion collective. Leurs conférences sont accessibles en ligne : « Une histoire fantomatique: Aby Warburg et la photographie » ; « Retour sur une restitution anthropologique : défis technologiques et cosmopolitiques ».

Catégories
Produire le sensible : matérialité et processus de fabrication

Enquête Totomoxle

Totomoxle

Production du « Totomoxtle », Tonahuixtla (Puebla, Mexico), 2019. Images Fernando Laposse

A travers le projet « Totomoxtle » développé par le designer Fernando Laposse dans le village de Tonahuixtla (Puebla, Mexico), nous cherchons à saisir la manière dont les paysans ont appris à maîtriser des gestes artisanaux, les astuces et savoirs investis dans les procédés de production, dès la récolte des feuilles de maïs à l’usage de prototypes dessinés pas le designer. Nous visons aussi à rendre compte des relations culturelles, économiques, politiques, écologiques et symboliques qui sont à l’œuvre dans ce projet.

Publicisations

  • Francesca Cozzolino, « De la culture de la milpa à l’objet de design. Relier les pratiques d’agriculture traditionnelle à l’innovation technique dans un village de l’état de Puebla (Mexique) », Techniques&Culture 76 « Waza on the Move. L’art ineffable de l’apprentissage », à paraître novembre 2021
Production du « Totomoxtle », Tonahuixtla (Puebla, Mexico), 2019. Photo Francesca Cozzolino
Catégories
Quand le sensible affecte la société : nouvelles formes d’écologies sociales

Enquête savoir-faire créolisés

Créolisation des savoirs : Eloj Kréyol (2019)

Florian Dach, Dimitri Zephir (dach&zephir) et Sophie Krier présentent leurs recherches lors du workshop éditorial « Imaginer l’article de demain : nouvelles structures narratives et formes de socialisation des savoirs » (2019)

« Créolisation des savoirs » est une recherche éditoriale portée par Sophie Krier autour du projet de recherche Éloj Kréyol du duo parisien / guadeloupéen de design dach&zephir. Cette enquête à perspective décoloniale cherche à questionner la façon dont les formes créées aujourd’hui par les designers peuvent témoigner des processus de créolisation linguistique, culturelle et matérielle dans les Antilles françaises, afin de valoriser des savoir-faire artisanaux qui sont la manifestation d’une « intelligence rusée » (Lucrèce 2019).

Catégories
Quand le sensible affecte la société : nouvelles formes d’écologies sociales

Enquête Art et politique au Mexique

Quand l’art façonne la société : enquête sur la scène mexicaine contemporaine (depuis 2017)

Workshop « Mapeo Colectivo », collectif artistique Iconoclasta, México, 2017

Une enquête en cours dans les mondes de la création du Mexique nous permet de penser comment les pratiques artistiques impliquent l’émergence de nouvelles « écologies sociales » issues d’actions collectives et collaboratives. Il s’agit de comprendre comment le sensible « performe » le réel, c’est-à-dire comment la façon de travailler des artistes, peut générer des éléments susceptibles de faire émerger de nouvelles formes de sociabilité, de changer les relations de pouvoir et d’activer des processus d’ « empowerment ».

Ces dynamiques jouent un rôle particulièrement important lorsque, comme dans le contexte mexicain, le tissu social est mis à mal par des inégalités sociales grandissantes. Proposant de nouveaux contextes de production artistique, elles permettent aussi de retisser des fils entre les différents groupes et de créer du lien social, favorisant ainsi l’émergence d’un « commun ». Dans ce cadre, la création en art et en design contribuerait à réinventer des espaces de socialisation dans des contextes de forte fragmentation sociale.

Afin de restituer les circulations entre les mondes de l’art et les mouvements sociaux et de faire émerger des manières, tant au niveau individuel que collectif, de « faire dans le trouble » , ce projet s’appuie sur une série d’enquêtes ethnographiques menées au sein de centres culturels, de festivals temporaires, de collectifs artistiques et de réseaux de quartier localisés dans trois régions du Mexique (Mexico DF, les états de Puebla et du Chiapas). Celles-ci nous permettront d’observer comment des groupes sociaux sont capables d’activer, par le biais de la création artistique, de nouveaux types d’espaces publics.

Enquête « Quand l’art façonne la société », Xochimilco, Mexico, 2018

Ce projet fait ainsi le pari qu’art et société, lorsqu’ils se rencontrent, peuvent faire émerger de nouvelles écologies sociales et que les pratiques artistiques, lorsqu’elles sont prises dans des dynamiques politiques et sociales peuvent contribuent à redéfinir la notion de société. En tant qu’objet de recherche, les pratiques de création artistique exigent par ailleurs des chercheurs d’inventer des modalités d’enquête et d’écriture à même d’en restituer le caractère sensible. Nous souhaitons ainsi associer à ce volet empirique de la recherche une recherche par la pratique, qui nous permettra d’explorer la possibilité de formes hybrides de publication et de restitution de ces recherches.

Ce projet de recherche est piloté par Francesca Cozzolino (enseignante – chercheure, Ensadlab) et a bénéficié du soutien de l’IRIS PSL « Création, cognition et société » entre 2017 et 2019 et depuis 2019 il bénéficie du soutien de l‘EUR ArTec (Université deParis 8) et d’EnsadLab.

Equipe et collaborateurs:

  • Samuel Bianchini (artiste-chercheur, EnsadLab)
  • Francesca Cozzolino (ensiegnante-chercheure EnsadLab/Lesc)
  • Pierre-Olivier Dittmar (maître de conférence, EHESS)
  • Sophie Krier (artiste-chercheure EnsadLab)
  • Francisco De Parrez Gómez (antrhopologue, ENAH, Mexico)
  • Caroline Perrée (chercheure CEMCA, Mexico)
  • Kristina Solomoukha (artiste, enseignante EnsAD/EESAB, Rennes)
  • Sophie Wahnich (directrice de recherche, CNRS/ IIAC-EHESS)
ACTIVITÉS
PUBLICISATIONS