Catégories
Quand le sensible affecte la société : nouvelles formes d’écologies sociales

savoir faire creolises 2020

Savoir-faire créolisés : une enquête de recherche-création autour des pratiques horticoles et de la culture rurale à la Martinique (2020-2022)

« Savoir-faire créolisés » est une enquête de recherche-création qui vise à déployer, par le biais de dispositifs artistiques, une narration partagée des traditions et savoirs qui, dans les pratiques quotidiennes horticoles et agricoles de la Martinique, ne cessent d’être réinventés.

Sophie Krier à l’écoute de plantes d’un jardin à vocation artistique et pédagogique au Campus Caribbéen des Arts de Fort-de-France. Le jardin, baptisé Arada, a été ré-activé par l’artiste Marc-Marie Joseph avec des étudiant.e.s dans le cadre de l’axe de recherche (ARC) Territoires Sensibles. Photo Francesca Cozzolino, 2021.

Par cette enquête portée par une artiste (Sophie Krier) et une anthropologue (Francesca Cozzolino), nous souhaitons dans un premier temps faire émerger des connaissances sur ces pratiques de tous les jours qui participent de la transformation des mondes ruraux (pratiques d’auto subsistance alimentaire, culture de plantes médicinales et magiques, techniques de culture sur pente, pratiques solidaires de koudmen ou coup de main, chants et danses liés au travail de la terre dans le lasotè) en nous intéressant aussi bien au jaden kréyol (jardin créole) qu’au jardin partagé (péri)urbain.

Travail de maraîchage du matin à l’Écolieu de Tivoli (Fort-de-France) fondé par l’Association CCPYPM (Centre de Culture Populaire Ypiringa de Pastinha Martinique) en 2019. Photo Francesca Cozzolino, juin 2021.
Plantothèque de l’Écolieu de Tivoli, fondée en partenariat avec le réseau Tramil. Ce réseau de recherche scientifique et usage populaire des plantes médicinales regroupe environ deux cents chercheurs de trente pays de la Caraïbe. Photo Sophie Krier, juin 2021.

Outre [ses] valeurs paysagères, économiques et sociales, les jardins créoles constituent un trait culturel majeur de la Martinique. Leurs aspects variés et complexes sont l’héritage mêlé et évolutif des « ichalis » caraïbes, des « plantages » ou « places à vivres » au temps de la colonie esclavagiste, des « lougan » ouest-africains, des « jardins de cases » et « jardins à nègres » africains, des « dégrads » et des « habituées » cultivés par les marrons, les libres de savane, les mulâtres libérés voire les déserteurs blancs, des jardins arborés « bô kay » qui entourent les maisons, voire des jardins « an piyon », au pignon de la maison. – Vincent Huygues-Belrose, Atlas des Paysages de la Martinique. Vers une politique des paysages (2006)

Source: http://atlas-paysages.pnr-martinique.com/10-l-elegance-du-patrimoine.html
Lasotè organisé par l’Association Lasoté de Fonds St Denis, 19 Juin 2021. Ce travail collectif de préparation manuelle de la terre avant les semis est porté par des sons de tambouyés, ti bois et de conque de lambis. Il est commenté par le ‘crieur’ qui avec la conque, donne la cadence aux mouvements des corps. On appelle ce travail aussi ‘koudmain’ ou coup de main. Photo Francesca Cozzolino

Dans un deuxième temps, nous souhaitons valoriser et mettre en partage les savoirs recueillis par le biais de dispositifs artistiques (podcasts, ateliers pratiques) dans le cadre d’événements publics permettant de « faire société », aussi bien à la Martinique qu’en métropole, autour de ces pratiques.

Marc Marie-Joseph, artiste et enseignant au Campus Caribéen des Arts (CCA) de Fort-de-France, tend une feuille de simen-kontra cultivée dans le cadre du projet Arc ARADA à Sophie Krier. Photo Francesca Cozzolino, juin 2021.

Le projet de recherche « Savoirs-faire créolisés. Une enquête de recherche-création autour des pratiques horticoles et de la culture rurale à la Martinique » est soutenu par le Ministère de la Culture et de la communication, département de Outre-Mer et mené par Francesca Cozolino et Sophie Krier au sein de la Plateforme « Art, design et société » d’EnsadLab, le laboratoire de recherche de l’École des Arts Décoratifs, Paris.

Atelier d’alcoolature (première étape de la thérapie par les plantes appliquée en micro doses) organisé par Les Jardins de Gaïac et encadré par Chantal Humez, Nicolette Man Tina et Emmanuel Nossin, le dimanche 13 juin 2021, au Village de la Poterie (Trois-Ilets). Photo Francesca Cozzolino
ACTIVITÉS
PUBLICISATIONS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *